Actualités MSH

Appel à candidatures pour un contrat post-doctoral

Contrat post-doctoral à l’UCA (18 mois, temps plein)

Contexte

Le candidat ou la candidate travaillera dans le cadre du projet de recherche interdisciplinaire “Risks of natural disasters and socioeconomic vulnerability” IDEX/I-SITE CAP 20-25 accordé par le gouvernement français en 2017 à l’Université Clermont-Auvergne (UCA, France) (http://i-site-clermont.fr/ ). Sa contribution portera sur le thème suivant : « la gestion des risques volcaniques par l’administration de la monarchie espagnole en Amérique (XVIIIe siècle-début du XIXe siècle) ».  La recherche se fera au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont (institution interdisciplinaire sous tutelle de l’UCA et du CNRS, http://msh-clermont.fr), en partenariat avec le Centre d’Histoire Espaces et Cultures (http://chec-clermont.fr/) et le laboratoire Magmas et Volcans (https://lmv.univ-bpclermont.fr/)

Le projet de recherche

Dans une historiographie sur le risque naturel en plein essor, ce projet de recherche vise à mettre en lumière les instruments et concepts juridiques, intellectuels et scientifiques que les agents de l’administration coloniale (Conseil des Indes, Vice-rois, audiences, municipalités) mobilisaient pour faire face à un risque volcanique majeur dans plusieurs zones de l’Amérique coloniale dans la dernière phase de l’Ancien Régime (XVIII-début du XIXe siècle). On cherchera en particulier à repérer les premiers pas de l’appropriation de l’expertise scientifique par les agents publics dans des pays qui ne disposaient pas des cadres conceptuels ni des outils techniques pour faire face à ce type de risque. Le volcanisme est un thème qui est à la mode parmi les élites savantes européennes de cette période et qui voit la diffusion d’une profusion d'images, de textes s’y rapportant chez les philosophes des Lumières et les dramaturges. Ce projet vise aussi à montrer si la gestion du risque volcanique participe au renforcement marqué de la présence de l’administration coloniale en Amérique espagnole à la fin de l’Ancien Régime. Il servira enfin à apporter des éléments factuels qui alimenteront les bases de données internationales sur les recensements actuels et passés des éruptions volcaniques.

Missions

Après avoir établi une liste précise des éruptions ayant occasionné des dégâts affectant l’activité humaine dans l’espace et la période considérée, le candidat ou la candidate combinera approche globale et locale du sujet. Il examinera tout d’abord les réactions et mesures adoptées par l’administration centrale (Conseil des Indes, secrétariats d’État) après quelques unes des éruptions les mieux connues et les plus importantes de l’espace américain hispanique. Il choisira ensuite d’approfondir un exemple précis, de préférence dans l’espace péruvien ou équatorien, afin d’examiner les dispositifs mis en œuvre à partir de l’ensemble de la chaîne administrative, du Conseil des Indes à la municipalité, en passant par les audiences et les vice-royautés. Ce volet du projet  se fera en collaboration étroite avec les volcanologues du LMV, et donnera lieu à un travail cartographique qui se fera à la plateforme géomatique Intelespace de la MSH.

Le candidat ou la candidate devra prévoir des séjours à Madrid (Archivo Histórico Nacional, Biblioteca Nacional de España), à Séville (Archivo de Indias) et au Pérou ou en Equateur.

Dans le cadre de son contrat postdoctoral, le candidat ou la candidate participera à la table ronde et au colloque prévu dans le projet de recherche.

 

Compétences requises

- Thèse en histoire ou en géographie historique

- Compétences sur l’espace colonial espagnol (XVIe-XIXe siècle) et/ou sur la gestion des risques naturels dans une perspective historique

- Maîtrise orale et écrite de l’espagnol, de l’anglais écrit, notions de français

- Capacité à travailler en autonomie, dans un environnement interdisciplinaire

 

Conditions matérielles

Le candidat ou la candidate retenu disposera d’un bureau à la MSH pour la durée du contrat (18 mois).

Salaire : environ 2000 euros/mois, avec bénéfice de la couverture santé et sociale française.

Clermont-Ferrand est une ville moyenne française bénéficiant d’un environnement naturel et culturel de qualité, proche du parc naturel des volcans d’Auvergne (http://www.auvergnetourism.com). L’université de Clermont Auvergne a 35 000 étudiants et se caractérise par sa forte ouverture internationale (http://en.ucaweb.new.uca.fr/)

Candidatures

Les candidatures se feront uniquement en ligne, jusqu’au 15 février, en envoyant à l’adresse j-philippe.luis@uca.fr (et copie à Émilie Mirault-Colin emilie.mirault@uca.fr) les documents suivants :

 

 1. Un curriculum vitae détaillé avec une liste des publications

2. Une lettre de motivation                                      

3. Un rapport de la soutenance de thèse ou une attestation de soutenance de la thèse

L’examen des candidatures se fera par un comité, selon les principes de l’European HRS4R policy auquel souscrit l’Université Clermont Auvergne.

 

La prise de fonction pourra se faire à partir du 19 mars 2018.

Télécharger l''appel à candidature 

La MSH fête ses 10 ans !

Célébrer les dix ans d’existence de la MSH de Clermont est l’occasion de porter un regard sur l’importance du travail réalisé, du chemin parcouru qui permet aux SHS du site clermontois d’être clairement identifiées à l’échelle nationale : les Maisons des Sciences de l’Homme constituent un marqueur indispensable des vingt plus grands sites universitaires français.

Célébrer les dix ans d’existence de cette unité c’est aussi la volonté de montrer à un large public l’importance de la recherche en Sciences Humaines et Sociales dans un monde en mutation où les repères et les explications sur le sens de la vie en société sont plus que jamais nécessaires.

Célébrer les dix ans d'existence de la MSH c'est trois évènements ouverts à tous

affiche10ans_final_site_internet.jpg

Exposition "Les Sciences Humaines et Sociales dans la Ville "

Du 10 novembre au 10 décembre 2016, retrouvez sur les grilles du Jardin Lecoq de Clermont-Ferrand, une exposition créée par la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand avec l’aide du CNRS (Délégation Rhône Auvergne), de l’Université Blaise-Pascal et de l’Université d’Auvergne et soutenue par la Ville de Clermont-Ferrand et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Comment vivre en société ? Ces questions simples, mais aux réponses complexes, constituent le terrain de la recherche en sciences humaines et sociales.
Chacune des disciplines de ce secteur scientifique, de la philosophie, à l’économie, de la géographie à la psychologie, en passant par l’histoire, le droit, les sciences de l’éducation, la littérature, la linguistique, la gestion, la communication… apporte des éléments de réponses sous un angle qui lui est propre. Elles contribuent ainsi à proposer des solutions concrètes afin de relever les défis sociétaux auxquels nous sommes confrontés.

A travers des portraits d’enseignant-chercheurs de chercheurs ou d'ingénieurs et 16 sujets choisis, l’exposition est vouée à faire sortir l’université de ses murs pour faire découvrir au grand public une partie du monde de la recherche universitaire, et des exemples illustrant la vitalité des laboratoires de recherche en Sciences Humaines et Sociales.
Cette exposition illustre aussi la grande diversité des opérations menées, l’ouverture de la recherche clermontoise et auvergnate sur le monde et sa capacité à s’engager sur des terrains nouveaux, en collaboration avec d’autres sciences, au service de la société.

<< Exposition du 10 novembre au 10 décembre 2016 sur les grilles du Jardin Lecoq


Projection du film : "La ville sous les blés", enquête archéologique sur une mystérieuse agglomération gallo-romaine

En 2005, lors d’une mission d’archéologie aérienne, l’Archéologue Bertrand DOUSTEYSSIER, découvre un ensemble de structures antiques visibles en survolant des champs de blés, sur la commune de Charbonnier-les-Mines. Sur ses photographies, c’est une véritable ville, organisée autour d’une grande voie centrale qui apparaît. Au fil du temps, l’enquête sur cette mystérieuse ville jusqu’ici inconnue progresse.

En 2008, l’aménagement d’un carrefour est l’occasion pour Philippe BET, archéologue de l’Inrap, de sonder une infime portion de la ville enfouie, révélant ainsi l’exceptionnel état de conservation des vestiges. L’enquête de terrain, entraine Bertrand à la rencontre des habitants de la commune qui collectent depuis des années les objets remontés par les charrues lors des labours. L’entrée de collections anciennes dans les dépôts du Ministère de la Culture, permet également aux archéologues de compléter leur connaissance du site.

Peu à peu, les missions de prospections aériennes sont complétées par des prospections au sol et des prospections géophysiques, qui confirment l’importance de la ville romaine et en complète progressivement le plan. À la menace de pillage, par les prospecteurs clandestins qui arpentent illégalement le site, à l’aide de détecteurs à métaux, s’ajoute le risque d’une destruction des vestiges par un projet de carrière de sable. Face à cette double menace, habitants, élus locaux et archéologues se mobilisent pour sauver ce patrimoine archéologique en danger.

<< Projection le jeudi 10 novembre à 15h00 (amphithéâtre 219 - 2ème étage), en présence de Bertrand DOUSTEYSSIER, Archéologue.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Production : Court-jus Production & Conseil départemental du Puy-de-Dôme (2015, 52 min., Réal. David GEOFFROY).

Bande annonce 

la_ville_sous_les_bles.jpg 

 

 

 

 


Conférence du sociologue François DUBET : "Ce qui nous unit : disciminations, égalité et reconnaissance"

220px-francois_dubet_-_janvier_2012.jpgLes discriminations reposent sur une double injustice. D'une part, elles portent atteinte au principe d'égalité des individus. D'autre part elles dénient la valeur des indentités. Chez ceux qu'elles frappent, ces exclusions provoquent un désir d'égalité, un effort pour être "comme les autres", ou, au contraire, une revendication d'existence, une manifestation publique de dignité. demande d'égalité et d'invisibilité, d'une part ; besoin de reconnaissance et d'identité, de l'autre.

Mais comment pouvons-nous être à la fois égaux et différents ?

 

<< Conférence le jeudi 10 novembre de 18h à 20h (amphithéâtre 219 - 2ème étage)

Vous pouvez-voir ou revoir la conférence de F. Dubet sur VidéoCampus 

sticker-videocampus.jpg

 

Séance de dédicace :

François DUBET sera le 10 novembre à la Librairie des Volcans, de 16h30 à 17h30, pour une séance de dédicace de son dernier ouvrage Ce qui nous unit : discriminations, égalité et reconnaissance, qui vient de paraître aux éditions du Seuil (2016). 

 

 


Présentation de la Plateforme d'internationalisation Fund it

La plateforme fund it concentre sur un site unique tous les financements et séjours de recherche accessibles aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Elle s’adresse :

  • aux chercheurs français en sciences humaines et sociales qui veulent séjourner à l'étranger pour des résidences de recherche ou trouver des financements en France, en Europe et à l’international ;
  • aux chercheurs étrangers qui souhaitent effectuer un séjour de recherche en France.

fund it est un projet conçu et développé par la fondation Réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA), en partenariat avec la fondation Maison des sciences de l’Homme (FMSH) et avec le soutien du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il a été réalisé en réponse aux préoccupations en matière d’internationalisation de l’Alliance Athena pour les sciences humaines et sociales et le ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Voir la plateforme 

Séminaire de la MSH du 17/11/2015

Ce premier séminaire sera centré sur les questions épistémologiques, autour des définitions que chacun des champs disciplinaires donne aux mots clés des axes. Trois mots- clés/expressions ont été choisis, ainsi que les disciplines qui pourront exposer leurs visions:

  • Transition/révolution (laboratoires CHEC, ComSol, LAPSCO)
  • Systèmes (laboratoire GEOLAB)
  • Représentations d'un territoire (Laboratoires CERAMAC/METAFORT, CELIS)

    17 novembre 2015, salle 332

Une nouvelle direction aux Presses Universitaires Blaise Pascal

sylvianecoyault.jpgSylviane Coyault, Professeur de littérature à l'université Blaise Pascal, a laissé son poste de Directrice éditoriale des PUBP, pour cause de départ à la retraite, après 8 années passées à soutenir le développement structurel et la politique éditoriale.
Œuvrant à la professionnalisation du service (engagement de personnels formés aux métiers du livre et à la création éditoriale) et à l’adaptation de la politique éditoriale aux nouvelles pratiques (développement des éditions numériques, des revues électroniques), et favorisant, en parallèle, la publication de beaux livres à caractère scientifique, elle aura résolument contribué à conduire les PUBP vers une édition scientifique moderne et de qualité.

 

 

photogelly.jpgChristophe Gelly, Professeur au département d'anglais de l'UBP, spécialiste de littérature britannique des 19e et 20e siècles, lui succède à ce poste.

 

 

 

Mardi 2 juin 2015, amphi 219, 14h

Réunion générale des chercheurs et enseignants chercheurs des laboratoires rattachés à la MSH sur l'animation des axes de la MSH

 

Lundi 4 mai 2015, amphi 219, 14h

Assemblée générale des chercheurs et enseignants chercheurs des laboratoires rattachés à la MSH sur l'animation des axes de la MSH