"ELLIPSE : quand, pourquoi, comment"

"ELLIPSE : quand, pourquoi, comment"

Journée d'études organisée par le LRL
le 3 décembre 2016 à la MSH 

je_ellipse-affiche_hauteur_250.jpg

Le terme ’ellipse’ vient du grec ἔλλειψισ ’elleipsis’, qui signifie ’manque, insuffisance’ En linguistique, il renvoie à l’absence formelle (l’omission) d’un matériel langagier, dont le contenu est cependant présent au niveau de l’interprétation.

Dans le domaine de la réflexion linguistique, la notion d’ellipse a été investie depuis l’Antiquité comme un outil grammatical servant à l’explicitation de contenus implicites et à l’explication de structures qui résistent aux modèles normatifs (Clérico 1979, Lecointre 1979, 1993). D’un point de vue pragmatique, l’ellipse est très fréquente dans les langues naturelles (Sanders 1977, Haspelmath 2004) et apparaît comme un moyen de réduction de la forme des énoncés complets (Zribi-Hertz 1986). Les travaux en linguistique de ces cinquante dernières années s’intéressent principalement à la structure du matériel omis et à sa résolution syntaxique ou sémantique (Sag 1976, Hankamer & Sag 1976, Chao 1987, Hardt 1993, Chung et al. 1995, Dalrymple 2001, Ginzburg & Sag 2000, Merchant 2001, 2004, Culicover & Jackendoff 2005). D’autres travaux abordent l’ellipse du point de vue de la structure informationnelle de l’énoncé, en s’interrogeant sur l’articulation entre le focus et le topique, ou sur la cohérence discursive (Wasow 1972, Williams 1977, Zribi-Hertz 1986, Blanche-Benveniste 1990, Berrendonner 1991, Fiengo & May 1994, Debaisieux 2000, Debaisieux & Deulofeu 2001, 2010, Kehler 2002).

Dans le cadre du projet Ellipse du LRL, nous nous interrogeons sur le concept d’ellipse lui-même et son intérêt pour la grammaire. Cette journée sera ainsi pour nous l’occasion de revisiter ce concept et de :

  • nous interroger sur les avantages et les problèmes que ce concept-outil présente pour l’analyse (non seulement) grammaticale,
  • échanger sur l’adéquation d’une approche avec ellipse ou sans ellipse pour l’analyse de différents énoncés considérés comme incomplets, non canoniques ou fragmentaires, à travers des données de langues différentes (français, espagnol, roumain, turc, tchèque),
  • explorer les liens entre la syntaxe et la prosodie des énoncés elliptique, en particulier le rôle de la prosodie dans la légitimation des énoncés elliptiques. 

Programme

9h Accueil et présentation de la journée 
Hana GRUET-SKRABALOVA, Friederike SPITZL-DUPIC (UBP & LRL)
9h10 L’ellipse dans les grammaires : solution ou obstacle pour l’analyse 
Paul CAPPEAU (U. Poitiers & FoReLL)
9h50 Ellipse et catégorisation des unités lexicales 
François TROUILLEUX (UBP & LRL)
Pause café
10h45 Subordination et fragments en espagnol et en roumain 
Oscar GARCIA MARCHENA (Ecole polytechnique Paris & LLF) et Gabriela BÎLBÎIE (U. Bucarest & LLF)
11h25 Les discordances syntaxiques dans l’ellipse périphérique en français 
Anne ABEILLÉ et Aoi SHIRAISHI (U. Paris 7 & LLF)
Déjeuner
13h40 Une description sans ellipse des effets de connectivité et anticonnectivité : le cas des groupes prépositionnels 
José H. DEULOFEU (U. Aix & TALEP )
14h20 Prosodic licensing in ellipsis 
Anikó LIPTÁK & Güliz GÜNES (U. Leiden)
Pause café
13h55 Identification problems in elliptical constructions : the case of gapping in a typological perspective 
Gabriela BÎLBÎIE (U. Bucarest & LLF)
15h55 Critères d’identification de l’ellipse dans les contextes modaux en tchèque 
Hana GRUET-SKRABALOVA (UBP & LRL)
16h40 Discussion et clôture 

Date de début de la manifestation: 

Jeudi, 17 novembre, 2016