SOCIAL_ROBOT

logo_social_robot.jpeg
Crédit photo : Mickael Berthon (LAPSCO)


Titre : Robotique, révolution technique et rupture sociale : influence de la présence des robots sur la psychologie humaine

Acronyme : SOCIAL_ROBOT

Disciplines : Psychologie Sociale et Cognitive - Psychologie du développement - Robotique/informatique - Neurosciences 

Mots-clés : Révolution technique; Robotique; Présence sociale; Psychologie humaine; Cognition

Durée du projet : 24 mois (2017-2018)

Financement : MSH Clermont

Porteur scientifique : Ludovic Ferrand (DR CNRS LAPSCO)

Laboratoires et services de la MSH associés au projet : LAPSCO (UMR 6024)

Autres partenaires :


Résumé : 

Lorsqu’un individu réalise une tâche, ses performances sont meilleures en présence d’un autre individu, par rapport à la situation où il réalise cette tâche seul. Cet effet emblématique de la psychologie sociale est appelé la facilitation sociale (Triplett, 1897 ; pour une revue voir Guerin, 2010). La facilitation est bien de nature sociale dans la mesure où elle n’est pas observée en présence d’un mannequin (Rajecki, Ickes, Corcoran, & Lenerz, 1977). Toutefois, elle semble l’être en présence d’un robot (Riether, Hegel, Wrede, & Horstmann, 2012). Néanmoins, dans cette seule étude existante, il est impossible de savoir si l’amélioration des performances humaines est bel et bien due à la facilitation sociale. En effet, il reste tout aussi plausible que le bruit ou mouvement du robot crée une distraction physique qui –dans certaines conditions– améliore elle-aussi les performances humaines (Sanders 1981 ; Baron 1986). L’objectif scientifique de notre projet est de déterminer dans quelle mesure un robot, tout comme un humain, peut améliorer les performances d’un (autre) individu et d’identifier les processus sous-jacents à cette amélioration. Nous faisons l’hypothèse a priori que les robots produisent la facilitation sociale à condition d’être humanisés (Salem, Eyssel, Rohlfing, Kopp, & Joublin, 2013). Plus précisément, sur des échelles ad hoc (e.g., Godspeed scale), un robot sera perçu comme davantage humain suite à l’interaction sociale avec celui-ci (e.g., un jeu) par rapport à une condition d’interaction non sociale (i.e., condition où on demande aux participants de le décrire et donc de le percevoir comme un objet). C’est donc en condition d’interaction sociale que nous nous attendons à la facilitation sociale.

Abstract : 

When an individual performs a task, his performance is better in presence of another individual relative to a condition in which he performs the same task alone. This emblematic effect of social psychology is called social facilitation (Triplett, 1897 ; see Guerin, 2010, for a review). This facilitation is indeed social in its nature since it is not obtained in the presence of a mannequin (Rajecki, Ickes, Corcoran, & Lenerz, 1977). However, facilitation is obtained in presence of a robot (Riether, Hegel, Wrede, & Horstmann, 2012). Nevertheless, in this unique study, it is not possible to determine whether this facilitation of human performance is really due to social facilitation. Indeed, it is also possible that noise or movement of the robot creates a physical distraction which, under certain conditions, also improves human performance (Sanders 1981 ; Baron 1986). The scientific goal of our project is to determine under which conditions a robot, as a human being, can improve the performance of another individual and to identify the processes underlying this improvement. Our a priori hypothesis is that robots produce facilitation only if they are humanized (Salem, Eyssel, Rohlfing, Kopp, & Joublin, 2013). More precisely, on ad hoc scales (e.g., Godspeed scale), a robot will be perceived more like a human being after a social interaction with the participant (e.g., a game) compared to a condition with a non-social interaction with the participant (e.g., participants describe the robot and therefore perceive it as an object). We therefore predict social facilitation only in the condition with social interaction.


Contact : Ludovic Ferrand